Membre influent de la Communauté de développement des Etats de l’Afrique Australe, l’Afrique du Sud est l’un des pays contributeurs de troupes au sein de la SAMI-RDC. Cette mission vise à éradiquer les poches d’insécurité créées par les différentes factions internes et les forces externes qui écument la province du Nord Kivu tout particulièrement. C’est à ce propos que la ministre sud-africaine de la défense et des anciens combattants, Judith Ruth Modise,  s’est évertuée  à souligner les défis et assignations de la SAMI-RDC

C’est à lors de la cérémonie du retour en terres sud-africaines de la dépouille du Capitaine Simon Mkhulu Bobe et de celle du Caporal-Chef Irven Thabang Semono à leurs familles que s’est exprimée Madame Thandi Ruth Modise. Elle a déclaré qu’ « Il existe un engagement solide de la Tanzanie, de l’Afrique du Sud et du Malawi envers cette mission. La RDC, souvenez-vous, détient 26 des 28 minéraux les plus importants au monde, ce qui explique en grande partie les nombreux conflits dans la région. Cette situation entraîne des luttes continues entre les différentes factions internes ainsi qu’avec des acteurs externes ». Il convient de rappeler que les officiers militaires sud-africains de la SAMI-RDC sont dans les affrontements contre les M23-RDF autour de la ville de Sake le 14 février au Nord-Kivu, en République Démocratique du Congo.

Cette tension continuelle dans la sous-région alimentée par un pays voisin risquerait d’embraser la sous-région, d’après une certaine opinion. C’est la raison fondamentale de l’intervention de la force sous régionale de la SADC. La ministre sud-africaine de la défense précise que : « Notre objectif principal est de créer un espace propice à la réconciliation des divers peuples de la RDC. Pour parvenir à cette paix, il est impératif de mettre fin aux conflits internes. Ainsi, notre mission consiste principalement à stabiliser la région et à créer des conditions favorables au retour des populations déplacées chez elles ».

A elle de renchérir : « Nous visons à permettre aux enfants de reprendre le chemin de l’école, aux femmes de cultiver leurs terres et de subvenir à leurs besoins alimentaires, et à restaurer les cultures qui ont tant souffert des conflits. Le retour au pays des Congolais dispersés à travers le monde et leur réappropriation de leurs terres ancestrales revêtent une importance primordiale. Rien n’est plus essentiel pour ceux qui ont vécu les tourments de la guerre. Retrouver ses racines, son nom, cela dépasse tout le reste ».

La feuille de route du déploiement de la SAMI-RDC adoptée par les différents chefs d’Etat-major de pays contributeurs a défini ses assignations avant son lancement en décembre 2023. Cette mission sous régionale vise à restaurer la paix dans cette contrée qui est en proie à une instabilité persistante. Cependant, les récents événements mettent en lumière les défis complexes auxquels sont confrontées les forces déployées dans ce contexte volatile. Une enquête plus approfondie sera nécessaire pour élucider les circonstances exactes de l’attaque et déterminer les responsabilités, mais il est clair que la situation demeure tendue et que des mesures supplémentaires pour assurer la sécurité des troupes seront nécessaires dans les mois à venir.

Entretemps, les voies de résolution pacifique de conflit sont toujours envisagées à savoir la diplomatie. Cette dernière repose encore et toujours sur les mécanismes sous régionaux de Luanda ou Nairobi.

Rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.