L’un des principaux points de jonction entre la République Démocratique du Congo et la République du Congo est la communauté du Bassin du Congo dont la gestion de ressources qui appelle à la conjonction des efforts. Mais aussi la mutualisation de la promotion desdites ressources. Ceci est autant vrai que depuis son bureau de la Cité de l’Union Africaine, dans le Mont Ngaliema, le Président de la République Félix Tshisekedi a accordé l’audience à l’Envoyée du Président Sassou Nguesso et porteuse d’un message visant une promotion conjointe de l’économie forestière du Bassin du Congo.

L’Envoyée de Sassou Nguesso et Ministre de l’économie forestière de Congo-Brazza, Rosalie Matondo, a déclaré à l’issue de sa rencontre avec Félix Tshisekedi qu’elle était aussi porteuse d’une invitation pour le RD Congolais Félix Tshisekedi de la part de son homologue Denis Sassou.  Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi est attendu par son homologue du 02  au 05 juillet pour participer à la conférence sur l’économie forestière de deux Congo à Brazzaville. Faisant allusion à cette invitation, le Président Félix Tshisekedi a répliqué, selon les mots de la même Ministre brazzavilloise de l’économie forestière, en disant que « Nous devons promouvoir cette économie à travers nos ressources naturelles ». Dans ce même élan, Félix Tshisekedi a fait des recommandations selon lesquelles les deux secteurs doivent être intimement liés pour régler les thématiques de la préservation de l’environnement et la conservation de nos forêts qui sont des enjeux  majeurs de la planète.

Le Bassin du Congo est l’un de plus grands forestiers du monde après celui de l’Amazonie et celui de Bornéo Mekon. Le Bassin du Congo se révèle lui-même comme l’un des plus grands massifs forestiers du monde. D’une superficie d’environ 4 millions de kilomètres carré, le bassin du Congo s’étend sur six pays d’Afrique centrale dont la République du Congo, la République Démocratique du Congo, le Cameroun, la République Centrafricaine, la Guinée équatoriale et le Gabon.

Il est attesté que plus de soixante-deux pourcents des forêts du bassin du Congo et quatre-vingt pourcent  des tourbières, plus de cinquante-deux pourcents de réserves d’eaux au sud de l’Afrique et sa méga biodiversité classée au cinquième rang mondial, la RDC a pris toute la mesure de sa responsabilité naturelle et historique. Tel est le propos du Président Félix Tshisekedi au sommet mondial de trois bassins du Congo, de l’Amazonie et du Bornéo Mekon. A cette même occasion, il avait fait appel à une stratégie commune sur le rôle central que devront jouer les pays de ces trois grands bassins de la planète. C’est de là qu’est venue cette invitation sur la mutualisation des efforts pour assurer la promotion de l’économie forestière, et surtout celle des ressources naturelles du Bassin du Congo. Et aussi, le pays d’Emery. Patrice Lumumba se déclarait prêt à assumer son leadership environnemental et climatique naturel ensemble avec ses pairs de tous les bassins.

La diplomatie environnementale rd congolaise compte s’appuyer sur ce genre de rencontres sur l’environnement pour mettre en évidence le leadership RD Congolais. Le rendez-vous de juillet à Brazzaville est une vitrine pour les ressources naturelles du Bassin du Congo.

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.