Dans un communiqué de presse de l’IITA parvenu à notre rédaction, l’Institut International d’Agriculture Tropicale, IITA, organise le lancement du projet de développement de la chaine de valeur du manioc en RDC. C’est sous l’égide du ministère de l’Agriculture que l’Institut International d’Agriculture Tropicale (IITA) tient cette activité à l’Hôtel Hilton de Kinshasa. Grace au financement de l’Agence américaine pour le développement international (USAID) que ce projet tient son cours. Ce projet vise principalement à renforcer et structurer davantage l’organisation de la filière manioc en RDC. La chaîne de valeur du manioc en RDC n’a pas encore atteint son plein potentiel. C’est une culture essentielle à la sécurité alimentaire en raison de sa résilience aux changements climatiques, aux températures élevées et aux sols pauvres.

Le manioc est  une principale culture à grande potentialité d’industrialisation. Il faudrait, pour en tirer tout le bénéfice dans l’avenir, améliorer sa chaîne de valeur en renforçant les capacités des acteurs impliqués et en rationalisant son exploitation pour créer des opportunités. Cette stratégie cadre avec la vision du Chef de l’Etat congolais qui consiste à promouvoir «la Revanche du Sol sur le Sous-Sol ». Cette vision fait l’objet de l’agenda de la transformation de l’agriculture exécuté par le ministère de l’Agriculture avec l’assistance technique de l’IITA et de l’Institut Africain de Leadership Agricole (AALI).

En effet, pour le Ministre congolais de l’Agriculture, le manioc est au centre des efforts du gouvernement pour développer le secteur agro-industriel et élargir la base économique pour contribuer à l’atteinte des objectifs de développement du gouvernement. Ce projet améliorera le fonctionnement de la chaîne de valeur du manioc, avec des interventions à chaque niveau (approvisionnement en produits de base, tels que les semences, les techniques de production de racines, la valeur ajoutée, la transformation, les normes de qualité des produits, le marché et l’environnement commercial).

En outre, le projet adoptera une approche intégrée pour remédier aux faibles rendements du manioc en combinant les meilleures pratiques agricoles, telles que l’utilisation de variétés améliorées de manioc à haut rendement, l’utilisation d’engrais et le désherbage régulier. La plantation et la récolte au moment opportun, ainsi que la mécanisation et l’industrialisation, seront également utilisées pour créer de la richesse et générer des emplois à chaque niveau de la chaîne de valeur. Outre l’alimentation, le manioc est une culture très polyvalente, et ses dérivés sont utilisés dans différents secteurs parmi lesquels figurent la confiserie, le textile, l’industrie pharmaceutique et l’élevage.

Par le passé, l’USAID s’était associée à l’IITA pour contrôler la propagation des ravageurs et des maladies du manioc tels que la cochenille du manioc (CMB), le virus de la mosaïque du manioc (CMV), la bactériose du manioc (CBB) et la maladie des striures brunes du manioc (CBSD) en RDC. Chaque fois, l’IITA, en collaboration avec l’Institut National pour l’Etude et la Recherche Agronomiques (INERA), parvenait à identifier des variétés de manioc performantes et tolérantes contre chacune de ces maladies. Le nouveau projet de l’USAID s’appuiera sur ces succès et permettra d’intensifier ces technologies. L’USAID contribuera à faire passer les producteurs, les transformateurs et les fournisseurs d’intrants de manioc de la RDC a un niveau supérieur – en renforçant leurs capacités, leur accès aux ressources et aux marchés pour faciliter la croissance du sous-secteur du manioc.

De même, le projet de l’USAID visera à réduire les goulots d’étranglement de la production, de la transformation et de la commercialisation ainsi que la fabrication de farine de manioc de haute qualité (HQCF) et son utilisation dans l’industrie alimentaire, telle que la fabrication du pain. La substitution de dix pour cent du blé par la farine panifiable de manioc permettra à la RDC, non seulement de réduire le coût de production du pain, mais aussi de créer de l’emploi dans le secteur pour améliorer la balance commerciale du pays. Dans le cadre de notre soutien continu à l’amélioration de la sécurité alimentaire de la population de la RDC, ce nouveau projet, ainsi que d’autres initiatives financées par l’USAID, s’associeront avec les agriculteurs et les agro-entreprises congolais pour stimuler la croissance économique, augmenter les opportunités d’emploi et améliorer les moyens de subsistance.

Pour Zoumana Bamba, Directeur régional de l’IITA pour l’Afrique centrale et Représentant-pays en RDC, « Le système agricole congolais doit se moderniser pour répondre aux défis agricoles, commerciaux et économiques actuels, et l’IITA s’engage à contribuer au développement de la chaîne de valeur du manioc par la mise à l’échelle des technologies et innovations agricoles nécessaires. » Cette initiative du gouvernement des États-Unis sera mise en œuvre en étroite collaboration avec les institutions nationales de recherche, les organisations des agriculteurs et le secteur privé. Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.