Le mini ballet diplomatique de ce mercredi 25 octobre s’est terminé par la réception de l’Ambassadrice du Royaume de Belgique accréditée en RDC, Madame Roxane De Bilderling. C’est toujours  à la Cité de l’Union Africaine que le Président Félix Tshisekedi s’est entretenu avec la diplomate Belge.  Contrairement au diplomate italien, Madame Roxane s’est focalisé dans son entretien avec le Chef de l’Etat RD Congolais sur la question sécuritaire dans la partie orientale de la République Démocratique du Congo.

Au sortir de l’audience, l’Ambassadrice belge s’est dite heureuse de rencontrer le Président Félix Tshisekedi et ce, depuis son accréditation auprès de la RDC. Elle précise, par ailleurs, que leur échange a tourné tout autour du soutien diplomatique qu’il faille apporter à la RDC dans ce contexte d’agression que subit la RDC à l’Est. Elle poursuit en disant que la Belgique avec ses partenaires européens ont condamné le soutien du Rwanda apporté au M23. C’est pour cette raison que l’Union européenne, à la lumière de différents rapports des experts des Nations Unies, a adopté de sanctions.

Comme diplomate, Madame Roxane De Bilderling recommande une solution négociée ou diplomatique pour tenter de résorber la crise qui persiste à l’Est du pays. Les tueries qui sévissent quotidiennement ne font qu’alourdir un bilan humanitaire déjà catastrophique. C’est ainsi que le Royaume de Belgique essaie du mieux qu’il peut de soutenir les initiatives visant à apporter une solution potentiellement pacifique. Elle se dit convaincue que les autorités en sont conscientes et essayent de privilégier l’approche diplomatique.

 D’abord en début de semaine, la position du gouvernement était claire : les éléments de preuve en sa possession étayent que les incursions de l’armée rwandaise s’observent incessamment. Raison pour laquelle le Porte-parole du  le gouvernement congolais et le ministre de la Communication et médias, Patrick Muyaya,  a pris à témoin toute l’opinion internationale sur une énième incursion des troupes rwandaises. Les images de drones et les témoignages de populations sont concordants quant à ce. Ce qui pousse le gouvernement de la République à durcir le ton et faire un appel à des sanctions urgentes contre les auteurs de crimes graves qui se perpètrent dans l’Est de la RDC.

Les membres de la société civile du Nord Kivu ne cessent d’alerter sur les incursions de troupes de l’armée rwandaise sur le territoire congolais. Tout cela dans le seul de venir en appui à leur supplétif du M23. Plusieurs officiels de l’ONU voire sous régionaux redoutent ostensiblement une confrontation directe entre les deux armées. D’où le privilège accordé à une solution concertée en lieu et place de la solution militaire qui s’avère de plus en plus en attente. Récemment, avec ces incursions répétitives de RDF, plusieurs actes de tueries commis ont été signalés.

Congodiplomatie. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.