Le député français Jean-Luc Mélenchon a entamé un séjour en RDC pour des rencontres politiques, académiques et autre. A la tête d’une délégation de trois députés français, le député de la France insoumise  a rencontré, ce jeudi 26 octobre, le Président Félix Tshisekdi. Au menu de cette rencontre l’épineuse question sécuritaire qui reste pendante dans la mesure où les armes ont donnent de nouveau la voix sur terrain, en dépit du cessez-le-feu censé être observé, mais violé par le M23 et le Rwanda. Et c’est pendant ce moment que le mot fraternité et partenariat trouvent leur sens. C’est ce qu’est venu exprimer le leader du mouvement-la France insoumise avec sa compagnie  composée essentiellement de ses collègues députés au sein de l’Assemblée nationale de la République de France.

Une heure a suffi à la délégation de Mélenchon venue rencontrer Félix Tshisekedi pour aborder des questions tournées essentiellement vers la sécurité du pays. A l’issue de cet entretien, le député de la France insoumise a libéré de la voix en affirmant qu’il a bien voulu réaffirmer la fraternité qui est la leur à l’égard du peuple congolais qui passe un moment dont le monde est au courant. Il ajoute que le peuple congolais rencontre une difficulté qui est totalement importée et dans laquelle il n’a aucune responsabilité puisque, pour sa part, il a respecté tous les engagements de cessez-le-feu.

Profitant de cette fenêtre, Jean-Luc Mélenchon invite le Rwanda a stopper net ses envies éhontées d’expansionnisme qui l’animent. Cette attitude se manifeste sur terrain par la reprise de cette entreprise d’agression alors que près de deux mois nous séparent de la tenue des élections générales prévues en décembre 2023. Une attitude que le député français qualifie comportement visant à perturber la tenue des prochaines élections en décembre.

Comme évoqué précédemment, la délégation française chapeautée par le leader de la France insoumise est constituée de trois députés membres de la Commission des Affaires étrangères. Il s’agit notamment de Carlos Martens Bilongo, député français d’origine congolaise, élu du Val d’Oise ; Nadège Abomangoli, élue de Seine-Saint-Denis et Arnaud Le Gall, député élu du Val d’Oise pour le compte de La France Insoumise.

En effet, ces représentants du peuple français sont des députés signataires d’une proposition devant le parlement français condamnant les intrusions et les exactions faites par le Rwanda par son supplétif du M23 sur le territoire de la RDC. Jean-Luc Mélenchon ajoute qu’ils ont l’intention, dès leur retour en France, de reprendre leurs interventions pour que leur proposition soit présentée devant l’Assemblée nationale française. Ce qui va normalement apporter une donne supplémentaire sur le plan diplomatique et susceptible de faire fléchir Kigali.

Par ailleurs, comme la RDC, M. Mélenchon attend que la condamnation de la France, par la résolution que présentent ses collègues, fasse ressaisir le Rwanda dans son entreprise diabolique. Il renchérit en disant que le plus grand pays francophone du monde aspire à la paix et à organiser ses élections comme il l’entend. C’est pourquoi il en appelle au bon sens et au respect des engagements pris par les uns et les autres à travers les différents processus de paix. D’où le vœu émis de voir chaque partie revenir le plus vite possible au cessez-le-feu et aux accords qui avaient prévalu, et que le plus vite possible le Rwanda abandonne ses visées expansionnistes qu’on a entendues le Président Kagame prononcer. Et donc, le Rwanda a une volonté délibérée de perturber le mécanisme du fonctionnement de la démocratie ou la tenue des élections et ce n’est qu’une manière de prolonger la remise en cause de sa souveraineté parce que la souveraineté d’une nation s’exprime par les élections.

Freddy Mutambayi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.