La relance de l’économie congolaise qui a battu de l’aile à un certain moment à cause de différentes crises qu’a connues l’économie mondiale s’appuie notamment sur le levier diplomatique. D’où la présence active de la RDC dans les différentes rencontres de haut niveau des acteurs économiques. Pour ce faire, par la présence conjointe du vice-Premier Ministre, Ministre de l’Économie nationale Vital KAMERHE et du Ministre de l’Industrie Julien Paluku, Kinshasa participe à la deuxième édition du Forum sur le commerce et l’investissement en Afrique de l’ouest et en Afrique centrale. Il s’est ouvert à Londres, le 17 dernier, ce sommet économique sur le Commerce et l’Investissement entre le Royaume-Uni et l’Afrique Occidentale et Centrale Francophone (WCAF) à Londres.

Sous l’égide de UK Export Finance (UKEF), l’agence britannique de crédit à l’exportation et DMA Invest, le Forum a rassemblé d’éminents représentants des gouvernements africains dont la République Démocratique du Congo, le Bénin, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Sénégal et le Togo. Les différentes délégations de pays africains se sont jointes aux principales entreprises et investisseurs britanniques ainsi qu’aux officiels du gouvernement britannique non seulement pour faire avancer les partenariats devant favoriser la croissance économique et la création d’emplois, mais aussi pour discuter des nouveaux échanges commerciaux et des opportunités d’investissement avec leurs homologues britanniques qui devraient profiter aux entreprises britanniques.

Pour le gouvernement de la RDC, c’était une véritable aubaine pour circonscrire, profitant de cette tribune, l’état des échanges commerciaux entre la RDC et la Grande Bretagne. Le représentant congolais à ces assises, Vital Kamhere a fait part aux investisseurs de multiples opportunités que la République Démocratique du Congo met à leur disposition.

Parmi les officiels britanniques présents à ce forum sur le commerce et l’investissement, on signale la présence du premier Ministre britannique, Rishi Sunak. Il a souligné son enthousiasme à l’idée de continuer à renforcer ces relations pour libérer le plein potentiel de la RDC et travailler ensemble sur des intérêts communs. Ça a été l’occasion pour ce dernier, Rishi Sunak, de mettre en exergue la relation croissante entre le Royaume-Uni et la République démocratique du Congo (RDC). Il a également  mis en avant l’importance des ressources naturelles essentielles de la RDC, qui jouent un rôle clé dans la transition mondiale vers le « zéro émission », ainsi que dans le développement de l’économie verte. Le Premier Ministre britannique a exprimé le vœu de renforcer les liens économiques entre les deux pays, avec pour objectif la promotion de la croissance économique, la création d’emplois et la promotion du développement durable, tant en RDC qu’au Royaume-Uni

A ce propos, les relations commerciales entre le Royaume-Uni et les marchés francophones du continent se sont accrus au cours des dernières années. De plus en plus la coopération économique s’est approfondie entre le Royaume Uni et l’Afrique de l’Ouest et centrale. Particulièrement pour la République Démocratique Congo, cela constitue une énorme opportunité d’investissement pour le Royaume-Uni.

Par ailleurs les marchés francophones ont une vision claire de la croissance économique et de la prospérité. Dans cette perspective, le Royaume-Uni se pointe comme un partenaire prêt à soutenir ces pays en établissant des partenariats modernes à long terme et mutuellement bénéfiques. C’est pour cette raison que le Royaume-Uni continue de renforcer ses liens commerciaux et d’ouvrir de nouvelles opportunités d’exportation et d’investissement aux entreprises.

Et aussi la délégation de la RDC a participé à plusieurs panels, dont une session présidée par l’ambassadrice britannique en RDC, Alyson King, ainsi qu’une discussion au coin du feu entre les ministres. A cette occasion, les participants ont discuté des opportunités de croissance du commerce et de l’investissement en RDC, et du potentiel de renforcement du partenariat entre le Royaume-Uni et la RDC. Plus encore les représentants ont pris part à des discussions personnalisées et à des tables rondes pour explorer de nouvelles opportunités commerciales dans des domaines-clé tels que la durabilité, l’agriculture, l’énergie et les soins de santé.

Le WCAF a également permis de mettre l’emphase sur le succès des relations commerciales entre le Royaume-Uni et les marchés francophones d’Afrique, sans perdre de vue la pertinence de renforcer la coopération économique entre ces régions. Ainsi, le WCAF a démontré l’engagement du gouvernement britannique à travailler avec un éventail de partenaires africains pour promouvoir le commerce et les investissements bilatéraux avant le Sommet sur l’investissement Royaume-Uni-Afrique en avril 2024.

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.