Membre de Rights Ressources Initiative (RRI)-Initiative des droits et ressources, la RDC accueille ses partenaires et collaborateurs de RRI pour un dialogue sur le bassin du Congo du 18 au 20 octobre en cours. Sous le thème «  de l’affectation des terres et la conservation dans le bassin du Congo » que plusieurs partenaires sont venus  d’une vingtaine de pays d’Afrique, d’Asie ou de l’Amérique latine participer à ce dialogue de haut niveau à Kinshasa.  Environ 75 délégués venus des régions du monde susvisées et d’Europe ont rehaussé de leur présence à Kinshasa. Ils réfléchiront, à cet effet,  sur les interventions de la coalition au niveau global, et les représentants des bailleurs des fonds qui soutiennent les activités de RRI ainsi que  les membres du Conseil d’administration de RRI y prendront également part.

Ces assises sont d’une importance très capitale comme l’a indiqué Patrick Kipalu, Directeur Administratif RRI Afrique, dans son propos. « Ce dialogue poursuit un objectif de pouvoir explorer des opportunités de collaboration et des synergies de coordination, afin de promouvoir le droit communautaire dans notre pays et de soutenir les efforts du pays  dans le sens de réaliser les engagements internationaux concernant la lutte contre le changement climatique  et la conservation de la biodiversité ».

Monsieur Patrick Kipalu, Directeur Administratif RRI Afrique poursuit en considérant cet atelier comme un espace de collaboration approprié et des discussions stratégiques entre le gouvernement et toutes les parties prenantes qui sont impliquées sur les questions de changement climatique et l’observation de la biodiversité.

Pour sa part, Madame Solange Ndiaye coordonnatrice de l’initiative des Droits et Ressources (RRI) a fixé l’assistance sur le choix de cette activité en RDC, car l’année dernière c’est la zone Asie qui avait organisé cet atelier. Pas seulement à cause du motif géographique, mais aussi parce que la RDC se distingue par ses diverses réformes dans le domaine foncier, l’aménagement du territoire, les forêts et la conservation. Ces reformes offrent inéluctablement un cadre sécurisé et protégé des droits des populations rurales et forestières. Ces reformes visent autant à contribuer au rappel  des objectifs de RRI à travers les membres de la coalition laquelle s’est aussi impliquée dans un aspect particulier concernant l’aménagement du territoire.

Avant  de se projeter pour l’année 2024, les assises de Kinshasa se veulent un cadre non seulement de projection vers l’avenir, mais aussi de bilan et d’inventaire sur les acquis et les réalisations de RRI. Cela va permettre à l’organisation  d’intervenir  au niveau global et régional de la coalition.  Patrick Kipula dit que : « C’est aussi une opportunité pour nous de faire un diagnostic sur les différents rapports des organisations nationales, des activités réalisées  pendant l’année en cours,   sur les résultats obtenus et de discuter sur les difficultés rencontrées et en même temps explorer  les nouvelles opportunités  devant nous permettre de définir les priorités  pour la coalition pour l’année qui s’annonce  et de faire des analyses susceptibles  d’identifier ce que la coalition va faire  au cours de l’année  prochaine ».

Au-delà de réfléchir ensemble sur la façon de promouvoir et sécuriser les droits de communautés autochtones et locales dans les reformes qui sont engagées, un certain nombre d’objectifs sont poursuivis par ce dialogue. Car aujourd’hui, beaucoup de recherches attestent que là où les terres ou les droits des autochtones et des communautés locales sont protégés, ces terres connaissent de moins en moins de déforestation. Ces terres et ces forets conservent beaucoup plus de biodiversités et emmagasinent beaucoup de carbone, a laissé entendre Patrick Kipalu.

L’atelier de Kinshasa sur la conservation de climat poursuit entre autres objectifs :

  • Discuter des réformes en cours dans les secteurs foncier, forestier et climatique, y compris les priorités et les opportunités de coordination stratégique,
  • Partager les réalisations et les impacts de la coalition RRI en RDC au cours des 13 dernières années,
  • Discuter des opportunités de faire progresser la conservation basée sur les droits, conformément aux objectifs 30×30(cible 3 du cadre mondial pour la biodiversité) dans la région du bassin du Congo.

A l’issue de ce dialogue de Kinshasa, la prochaine destination pour 2024 sera connue dans la mesure où la réunion quand à ce est en vue.

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.