Entamée depuis plus de trois mois par un séjour de quelques jours à Ndjamena, capitale tchadienne, la médiation de la CEEAC par Félix Tshisekedi fait un pas non de moindres vers l’obtention de la cohabitation pacifique au Tchad pendant cette transition. Après la rencontre de deux camps opposés à savoir le Docteur Succès Masra et la délégation gouvernementale de Ndjamena à Kinshasa durant le weekend end du 27-29 octobre dernier, un accord dit de principe entre le pouvoir de transition du Tchad et le parti politique d’opposition Les Transformateurs a été conclu au cours d’une cérémonie présidée par  le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi, le médiateur désigné par la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale.

Il nous souviendra que la mort d’Idriss Déby sur les fronts de combats face  aux forces du FACT est la source de toutes les tensions politiques au Tchad. Cependant depuis une année, les démêlés politiques entre le pouvoir de la transition du Tchad et l’opposition tchadienne se sont de plus en plus accrus. C’est donc là le leitmotiv qui a procédé à la désignation du Chef de l’État congolais en qualité de  facilitateur par la CEEAC. Cette médiation vise à désamorcer cette crise en obtenant de ces deux parties respectivement le gouvernement  tchadien par Adberaman Koulamallah, ministre de la réconciliation et de la cohésion sociale, et, pour la frange de l’opposition, le parti politique- Les Transformateurs représenté par son président, le docteur Succès Masra, la signature d’un accord de principe.

D’après la médiation, cet accord est conclu pour permettre le retour au Tchad du Président du parti politique-Les Transformateurs et de tous ceux qui avaient quitté le territoire tchadien à la suite des événements malheureux du 20 octobre 2022.

Le leader du parti Les Transformateurs n’a pas gradé sa langue dans la poche à l’issue de cette cérémonie de signature de l’accord entre son parti et le gouvernement tchadien. Succès Masra précise que : « Ce soir, j’ai le sentiment de faire avancer mon pays, notre peuple sur le chemin de la démocratie, dans la justice et l’égalité. Cet accord ouvre le chemin de retour et me permet d’aller exercer librement les droits civiques et politiques. Il renchérit que, dès ce mercredi 01 novembre, il peut rentrer chez lui. Car, ce n’est qu’une question d’heures et de jours, dit-il. Il a saisi l’occasion de louer le leadership du Président Tshisekedi qui œuvre sans désemparer pour rapprocher le peuple tchadien.

Du côté du gouvernement tchadien, le sentiment d’un devoir accompli est salué par le ministre  de la Réconciliation et de la Cohésion sociale : « Je tiens à féliciter le Président Masra pour son courage à accepter les accords. Cet accord ne remet pas en cause le droit constitutionnel à exercer librement ses activités d’homme politique », a-t-il  ajouté en concluant qu’il garde bon espoir de voir tous ceux qui ont quitté le Tchad pour des raisons politiques rentrer au pays pour revoir leurs familles et poursuivre leur vie politique.

Les sentiments du travail accompli ont aussi accompagné le communiqué signé par le Président Félix Tshisekedi à l’issue de la cérémonie de la signature dudit accord entre les tchadiens : « la mission de la facilitation de la CEEAC pour le processus de transition au Tchad dit compter sur la bonne foi des parties signataires de cet accord pour sa mise en œuvre effective. En outre, la facilitation réitère son engagement à accompagner le peuple tchadien.

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.